lundi 29 juin 2009

Gil Scott-Heron

Ce We almost lost Detroit date de 1990 et voilà ti pas que qu'il se repointe à la fin de ce mois de juillet au New Morning. C'est un grand monsieur, discret, classieux mais tellement central et précurseur. J'aurai une petite pensée pour lui s'il disparaissait... Ceci dit, il n'a finalement que 60 ans, mais il donne l'impression d'être un tel dinosaure.

Santogold

La vidéo circule ce matin sur le net et je la relaie. D'abord le morceau c'est le Unstoppable de Santogold qui provoque ces transes collectives. La scène se passe lors du festival Sasquatch qui s'est tenu dans l'état de Washington fin mai pendant 3 jours (et dont la programmation mérite le détour)
On peut imaginer que cette vidéo nous touche pour les mêmes raisons que les récents flashmobs british initiés par T-Mobile. Ces exaltations collectives et spontanées ont un coté jubilatoire, qui nous manque un peu ces derniers temps. Mais ça reviendra...




vendredi 26 juin 2009

Nada

Aujourd'hui rien. Pas envie de rendre hommage, j'ai arreté d'aimer ce que faisait MJ en 1984. Je vais pas faire le mec ému...

jeudi 25 juin 2009

La douceur de 16 heures #19

C'était sur le dernier album de Goldfrapp et ça s'appelle Cologne Cerrone Houdini. La présence de ce morceau dans "la douceur" n'est pas à justifier, je pense. L'album Seventh Tree a déjà plus d'un an, et on attend avec impatience de dame Alison revienne par chez nous avec ses amis.

Jack Penate

Encore un qui a pris Ben Goldwasser et Andrew Van Wyngarden pour les choeurs... C'est pour ça que je vous le fais écouter. J'ai des voix ou j'ai raison ?
Sinon Jack Penate sort tout droit des usines à champions britanniques comme un Christophe Mae ou un Julien Doré chez nous. C'est pas extraordinaire mais on tapotera notre volant quand on écoutera ce Be the one dans les bouchons cet été.

mardi 23 juin 2009

La douceur de 16 heures #18

C'est la période où tout le monde s'éscrime à trouver la bande originale de son été. Cette chanson qu'on écoutera en regardant la mer entre chien et loup avec un verre de rosé bien frais, et quelques amis. Le regard dans le vague et un rictus un peu benet sur les lèvres.
Et là bizarrement, aucune pudeur musicale, il pourra s'agir de strictement n'importe quoi. On pourra même avoir honte de retrouver le morceau sur son iPod quelques mois plus tard devant une assemblée médusée. On se le réécoutera secrètement au casque le soir même et, en fermant les yeux, ces poncifs souvenirs d'été nous reviendront intacts au coeur de l'hiver. Et toujours ce même sourire idiot.

The Pacific

Après le succès mitigé (en diffusion TV) de Band of Brothers, Spielberg et Hanks restent copains et continuent dans la thématique seconde guerre mondiale avec The Pacific. J'en parle, non que j'attende la diffusion sur HBO comme une collégienne, mais parce que le budget est de 200 millions de dollars. C'est une belle illustration de la réorientation des budgets et financement vers les programmes destinés exclusivement à la télévision. Je ne sais pas si c'est une tendance qui est destinée à durer, mais elle est bien tenace en ce moment.
Allez, j'ai trouvé le trailer de la série (10 épisodes) à 1,3 milliards de nos vieux francs, et c'est cadeau, ça me fait plaisir.

Solid Gold

Encore une illustration parfaite de la brêche laissée par les MGMT. Ils ont créé un style dans lequel beaucoup s'immisce tant en ce qui concerne le son que l'esthétique. Bravo, oui vraiment bravo, mais il ne faudrait pas qu'on atteigne le stade de l'indigestion trop vite... parce qu'on aime bien jusqu'à présent.

lundi 22 juin 2009

La Poste

Ca commence comme un tutorial d'entreprise comme on en cauchemarde, et ça glisse vers le high tech avec une petite animation 3D efficace. Tout est dit et on sourit. C'est bien.

       

Beirut

Bon, il y a du monde qui me lit ou pas ? Si c'est oui, manifestez-vous, sinon on se la fait aux chandelles avec ma douce... Dans ce cas, je lui dédicace ce Nantes de Beirut pris en flagrant délit d'interprétation chez Vincent Moon, dont je suis jaloux comme une teigne, soit dit en passant...
Idem dans le cas contraire, remarque !


Passion Pit

Pas grand chose à se mettre sous la dent sur Passion Pit. Deux albums à se mettre sous la dent et une carrière toute jeune, puisqu'ils ne se fréquentent que depuis deux ans. On retrouve encore une fois cette voix haut-perchée du pré-pubère mâle en phase transitoire, très en vogue chez les anglos-saxons d'aujourd'hui. Voir par ailleurs... Mais pas de déguisements cette fois, que de la barbe et de la chemise à carreaux.

jeudi 18 juin 2009

Bowie #2

Ca va mieux David ? A ce qu'on dit, pas très fort en fait. Si tu veux venir te requinquer un peu, tu peux passer à la maison. On vivra bien, on t'écoutera jouer du saxo sous les étoiles. Tu pourras venir avec Lou et Annie, si Lou me promet de ne pas manger tous les médicaments de mami.
On vous attend. On va te remettre en selle, tu ne peux pas en rester là.


mercredi 17 juin 2009

La douceur de 16 heures #17

Et voilà le Lovin' you de Minnie Ripperton (1975), cette ancienne choriste de Stevie Wonder, disparue à 31 ans. C'est d'ailleurs Stevie qui a produit son second album (Perfect Angel) sur lequel figure ce bonbon. C'est frais, ça fond dans la bouche. On trouve la chanson dans pas mal de films dont Paranoïac et le dernier OSS 117.
J'hésitais avec son Inside my Love, un peu plus hot, mais je préférais ce côté léger et suranné pour aujourd'hui. Question d'humeur.


mardi 16 juin 2009

La douceur de 16 heures #16

Arcade Fire aujourd'hui. My Heart is an Apple. Ceux qui ont des nouvelles d'Arcade Fire sont priés de bien vouloir jouer en passes. Pas grand chose à se mettre sous la dent depuis Neon Bible, sa tournée et sa rétro DVD (Miroir Noir).
En faisant quelques petites recherches (histoire d'écrire un minimum de connerie), j'ai vu qu'ils avaient fait une reprise du Maps des Yeah Yeah Yeahs, qui était justement la douceur d'hier. Une excellente transition donc.
Your mouth is full, my heart is an apple
pomme-pomme-pomme-pomme-pomme-pomme-pomme-pomme



lundi 15 juin 2009

La douceur de 16 heures #15

J'aurais voulu vous montrer la vidéo officielle mais la maison de disque n'est pas d'accord. Alors je me contente de ce petit unplugged.
D'ailleurs ce Maps là des Yeah Yeah Yeahs est encore plus doux. On perd juste la batterie au passage et une Karen O. plus belle que jamais dans la vidéo officielle. Allez donc la voir vous-même sur YouTube.


dimanche 14 juin 2009

Richie Havens

Hier soir, tranquille comme Baptiste, en train d'apprécier une bonne fin de semaine, quand soudain je me laisse taper du pied par une intro lancinante avec un piano un peu répétitif, puis un beat obsédant. Enfin une voix soul FM (mais reconnaissable entre toute) à mourir. C'est un peu 80's et finalement très convenu, mais on se laisse embarquer avec délice.
Richie Havens est un chanteur un peu dépasser par le succès en clubs de ce morceau en 1980. C'est ce qu'il a fait de plus dance et de loin, lui qui traînait plutôt du côté folk. Un monstre un peu méconnu (25 albums) qui bouge son body comme un junior à Glastonburry avec les grands Groove Armada en 2000. Ce fut une des plus belles performances de ce Glastonburry selon ceux qui y étaient, 31 ans après son premier Woodstock.
A voir aussi, ailleurs qu'ici, une belle version du track chez Manu Katché (One Shot Not). Unplugged et tout aussi efficace.


Air Traffic

Une fois n'est pas coutume, je me permets de reprendre stricto senso les propos tenus par les auteurs de la vidéo montrée aujourd'hui. C'est assez touchant d'absorber le propos de cette vidéo à un moment où subsiste encore une émotion commune à tous, provoquée par l'accident de ce Rio-Paris. L'aviation est réellement porteuse d'un fantasme particulier dans l'inconscient collectif.
Donc, je cite : "Des élèves d'une école d'ingénieurs suisse qui forme des aiguilleurs du ciel ont réalisé ce film étonnant : C'est la visualisation de l'ensemble du trafic aérien dans le monde en 24 heures, projetée sur une mappemonde et ramenée à 1 minute. (...) Chaque point jaune représente un avion ; observez bien le passage de la nuit et ses conséquences sur les flux et appréciez les différences entre les continents... Un véritable cours d'économie internationale !"

video

vendredi 12 juin 2009

Bowie

Des rumeurs courent aujourd'hui selon lesquelles le Duke n'irait pas bien (cancer du foie). Je ne sais pas si c'est fondé, et pas grand monde ne semble capable de le dire. Mais ça me met en situation : On le perdra un jour comme beaucoup de ceux qu'on adore ici bas. Et on revoit trop fixement Alain Bashung dans un baroud d'honneur morphiné aux dernières Victoires de la Musique. Je souhaite de tout mon coeur que ces rumeurs soit infondées.
Le choix du morceau est un peu macabre, je vous l'accorde, mais ça illustre un peu mon propos et mon humeur de l'instant... Et c'est pas une douceur. Pas de douceur aujourd'hui.


jeudi 11 juin 2009

Le Frère, un film de Julien Darras... (Suite)















Le film Le Frère, dont Sofar Productions est co-producteur, est séléctionné au AyeAye Film Festival de Nancy qui se tiendra là-bas du 5 au 12 septembre prochain. Les organisateurs ont vu 1200 courts-métrages envoyés de toute l'Europe pour faire leur sélection. Le Frère est dans le bon wagon. Vive Le Frère.


La douceur de 16 heures #14

Pete Doherty en ballade parisienne alors qu'il prête sa voix à ce For Lovers de Wolfman. Wolfman c'est Peter Wolfe, un pote de Pete, désormais poète et vivant à Paris. Il est né en 1968, donc plus âgé et fut également proche de Shane MacGohan, un autre enfant de coeur.
Le titre date de 2003 et je me souviens être tombé sur cette vidéo sur MTV2 à une heure tardive. J'avais adoré Up The Braket (2002) des Libertines et je me demandais ce qu'ils devenaient, bien que la rumeur enflait déjà que Pete n'était pas son assiette. J'avais la réponse avec cette douceur.
La voix rauque, la mélodie, le texte. Pete Doherty ne se résume pas à ses frasques. C'est un excellent song writer.


Muvbox

Le produit parait bête : Une sorte de baraque à frites qui s'avère être un bar à homard. Mais en fait le design et la fonctionnalité sont ultra soignés. Le concept de pliage novateur et ludique.
Vu le produit de niche dont il s'agit, on s'attend à un film fait à la va-vite, maladroit et mal monté.
Et bien non. Le film est vraiment efficace et ceux qui l'ont fait des gens qui méritent d'être connus (mais pas trop).
Il s'agit de Blue Storm, une prod' canadienne, qui malgré la distance est bien une concurrente de Sofar Productions. Mais ils bossent super bien et avec des gens biens, alors je le dis. Quand il faut le reconnaître, je le dis.


mercredi 10 juin 2009

La douceur de 16 heures #13

Petit bijou que ce Magpie de Patrick Wolf, jeune musicien londonien. Assez multi-projets (Chicks on Speed, The Hidden Camera...), c'est un artiste pas trop connu sous nos cieux. Ce morceau figure sur son troisième album The Magic Position de février 2007. Depuis il est sur un projet en deux opus : Le premier avec la sortie de The Bachelor cette année et le second avec The Conqueror l'an prochain.
La voix en guest est celle de son amie Bishi et non pas celle de Finley Quaye.


mardi 9 juin 2009

La douceur de 16 heures #12

Pas vraiment doux vous allez me dire. Comparé à ce qui est proposé à cette heure, peut-être, mais ça l'est en tout cas terriblement pour moi.
Ca n'est pas qu'un hommage à Bashung, ça serait trop facile.



New Iphone

Apple lance sa nouvelle génération d'Iphone avec un spot très léché. Rien d'original mais c'est propre. Ils ont complètement abandonné le spot montrant uniquement le produit en gros plan et ses applications, pour mettre l'accent sur la performance et la nouvelle fonctionnalité vidéo. C'est vrai qu'il n'a que ça en plus par rapport à ses petits frères, que tout le monde connait déjà tellement.


lundi 8 juin 2009

Hollywood

Le succès du geyser d'aisselles d'Axe a fait des émules et Hollywood s'engoufre dans la breche avec ce nouveau spot créé par BDDP & Fils. C'est plutôt marrant et on est toujours content de retrouver le petit jingle et sa fraicheur de vivre sur la baseline de fin.


La douceur de 16 heures #11

C'est Ordinary man aujourd'hui, le morceau d'ouverture du dernière album d'EELS. Ils continuent leur petite route tranquille. La barbe a encore un peu poussé, et E de nous conter les aventures sentimentales d'un loup-garou (Hombre loco, le titre de l'album) au travers de douze titres à l'intensité crescendo.
Je continue la lecture des paroles afin de comprendre le rapport avec les cigares Cohiba qui ont inspiré la jaquette et je reviens.


vendredi 5 juin 2009

Pony Pony Run Run

Tu pars en vacances avec ta chère et tendre dans un endroit sympa genre Thaïlande. Tu shoots comme un fou avec ta mini-cam. Tu lui demandes d'en faire autant. Puis tu rentres chez toi, tu montes le film. Jusque là c'est un film de vacances (en HD).
Sauf que tu es musicien. Que ce que tu fais est vraiment pas mal. Tu as un ami étalonneur qui y passe un peu de temps pour rendre un grain, une lumière et une couleur sympa. Et là, Ô magie. C'est un clip vidéo.
Pony Pony Run Run, ils sont de Nantes en fait. Ni de Bangkok, ni de Brooklyn.
Ni de Versailles.
Nantes.




La douceur de 16 heures #10

Gros problème d'update du à des interférence avec la petite balle jaune. Il fallait bien allé constater certaines choses in situ.
Alors aujourd'hui je reviens. Pour la douceur c'est Au Revoir Simone avec The lucky one. C'est un peu vieux maintenant mais j'adore toujours cette petite douceur. Je ne sais pas si le clip est l'officiel ou un montage un peu douteux de rushes filmés à l'arrache. En tout cas, ça le fait un peu quand même. Au revoir Simone est un trio "brooklinien" de filles qui sont toutes vocals and keyboard. Elles appartiennent à cette génération de musiciens new-yorkais que je cite abondamment ici. Aime beaucoup.
D'après Wikipedia, leur nom est tiré d'une réplique dans le film Pee-Wee Big Adventure de Tim Burton. Et ça, c'est fou.


mercredi 3 juin 2009

Polka #5


Le numéro 5 de Polka est sorti, et par la même, le vernissage qui en relate a eu lieu. Car Polka, si vous ne connaissez pas, est un magazine de photos mais aussi une exposition. Dans cette expo, vous retrouvez les principaux artistes qui auront contribué au numéro. Et donc, très logiquement, le vernissage a lieu le jour de la sortie du numéro 5.
Le magazine donne la part belle au photo-reportage ou journalisme, allant flâner du côté des vieux Life ou National Geographic parfois. L'édition et la maquette sont très soignés. Le numéro 5 s'offre même un bord carré. Les signatures sont de premier plan avec William Kleinen star américaine pour ce numéro 5.
Alain Genestar est à la rédaction en chef entouré d'une sympathique équipe, dont Edouard et Adélie, ses enfants, font partie. Une belle aventure à taille très humaine.
Allez vous promener à la Polka Galerie, 104 rue Oberkampf, dans le 11eme pour juger sur pièce. Ca vaut le coup.


La douceur de 16 heures #9

Après Gnarls Barkley, Gorillas, et The Good, the Bad & the Queen, voilà que Danger Mouse s'associe à Sparklehorse sur un quatrième collectif. L'album Dark Night of the Soul, tout juste sorti, est un peu fou avec des featurings comme Black Francis, Julian Casablanca ou Iggy Pop, pour les plus bling-bling.
La douceur du jour est le fruit d'une association avec Wayne Coyne, le chanteur des Flaming Lips.
... Et c'est David Lynch qui s'y colle pour la pochette ainsi qu'un bokklet de 100 pages. Mais je ne vous en parlerai pas, car je ne l'ai pas eu le plaisir de l'avoir entre les mains.
Bref, un album hall of fames qui, en plus, mérite vraiment le détour.


Gossip

Je voulais parler de l'énergie de Beth Ditto, la chanteuse de Gossip. Je n'ai pas grand chose à ajouter finalement. Je suis scotché à chaque fois.


mardi 2 juin 2009

Filmer la Musique...

J'avais déjà évoqué ici la nécessité de changer la donne quant aux manières de filmer la musique. La TV offre assez peu d'alternative à ce jour. En pleine période de mercato télévisuelle, il paraît que les projets fusent en sens unique : Retrouver l'esprit des Carpentier. Je dis super. Sans faire du réchauffé, c'est un sujet passionnant pour qui est censé avoir plein d'idées et c'est notre cas. On peut peut-être aller au delà.

Finalement, il y a un gap assez énorme entre la période playback Champs-Elysées et le Taratata de Nagui. Sans vraiment grand chose au milieu, même si Taratata a fait quelques rejetons sympas (One Shot Not…).

Sur le net, il faut reconnaître que ça bouge un peu plus avec en précurseur les Concerts à emporter de Vincent Moon et sa bande. Rendons à César ce qui est à César. Là aussi pléthores de petits (On Stage With sur Konbini…).

Le 104 organise la troisième édition du Festival Filmer la Musique les 13 et 14 juin en se focalisant sur la performance, les concerts et les portraits. En un mot, les documentaires. En plus, cette troisième édition semble très axée sur les années 70, période musicalement faste. Je vous laisse découvrir le programme.

http://www.facebook.com/event.php?eid=90435242201

La douceur de 16 heures #8

Je me souviens d'un chroniqueur qui écrivait qu'il s'agissait de la chanson de fin d'été par excellence. C'était Dominique A. dans le magazine TGV à propos du Neptune City de Nicole Atkins. Je n'aime pas la fin de l'été alors que j'adore cette chanson. Encore plus quand 16 heures approche...
Nicole Atkins est née à l'automne 1978 à Neptune, NJ. En fait elle n'a pas fait grand chose, et cette chanson a surtout eu un petit succès suite à son utilisation dans une pub American Express.


Pepsi

La dernière campagne Pepsi est plutôt bien réalisée. Elle prend à revers le concept de mad painting trop utilisé en publicité print ou spot (c'est bien simple il y en a partout) en rendant réelle une installation visuelle normalement complètement animée.
Moins ambitieuse que la pub du concurrent, mais plus rock, plus jeune...
Sinon l'utilisation du verbe anglais can devrait, à ce jour, être totalement prohibé en communication.

       

lundi 1 juin 2009

Chopin


Chopin est un artiste québecois. Chopin n'avait jamais mis les pieds en Europe jusqu'à la 1ère édition du parcours Nomade, organisé par la Mairie du 3ème arrondissement. Chopin a 2 particularités.
La première, il ne travaille qu'à partir de photo qu'il glane sur Facebook au grès de ses visites et après autorisation. Sa seconde particularité. Isabelle Vallus, qui s'occupe des artistes d'Artisticker (http://www.artisticker.fr/), l'a repéré sur ce même Facebook. Chopin avait travaillé sur la base d'une photo de sa soeur et cette dernière utilisait l'oeuvre en photo de profil. Un vrai artiste FB, donc, en expo jusqu'au 19 juin chez Artisticker, 30 rue de Picardie dans le 3ème.


Chloé Tallot

Complètement oublié de vous parler de Chloé Tallot. Elle est une artiste vidéo dont je vous laisserai apprécié le travail (http://www.chloetallot.com/). J'avais flashé sur son film Her Dance.
Nous devions le projeter lors d'une soirée avec quelques autres artistes. Mais c'est un autre milieu que celui des réalisateurs avec lesquels je travaille par ailleurs, avec d'autres exigences. Pourtant il ne s'agissait pas de performance mais bien de simples projections. Mal préparé, ça devenait un peu casse-gueule pour tout le monde. Je ne désarme pas, et I'll be back...
En attendant, sur ce thème, le festival Vision'R, qui a lieu généralement en avril,  est plus que recommandable à Paris.
Pour revenir à Chloé, voici une de ses performances sur la base du Her Dance cité plus haut. C'était lors de la soirée I look so good, organisée par Rasmus Michau et consors en juin 2008.


La douceur de 16 heures #7

Ben voilà ce que j'ai envie de mettre à 16 heures aujourd'hui : Van Morrison. Mes parents dansaient sur Gloria en chantant G.L.O.R.I.A. Moi je me repose sur cette jolie petite ballade, et je vous invite à faire de même. Have I told yous lately ? Je vous fais pas un portrait, même rapide, du bonhomme. C'est férié aujourd'hui et vous savez tout.